Equipe Neovision

Être ingénieur R&D chez Neovision – Partie 1

Être ingénieur R&D chez Neovision – Partie 1

Derrière l’intelligence artificielle, les données, les algorithmes, les calculs et les robots, se cachent l’humain. Des personnes qui développent au quotidien ces technologies. Hommes et femmes de l’ombre, ce sont eux que nous vous invitons à découvrir à travers cet article, les ingénieur.e.s R&D de Neovision.

Qu’ils viennent de l’Ensimag, de l’Enseeiht ou de tout autre horizon, les ingénieurs Neovision ont de nombreuses choses en commun. A commencer par certaines valeurs : la confiance, la transparence, l’intégrité, l’autonomie et une bonne humeur à toute épreuve. C’est là l’ADN Neovision, une équipe d’experts sympathiques.

Des quotidiens et domaines d’expertise variés

Aujourd’hui manager de l’équipe technique, Olivier a débuté son aventure chez Neovision en qualité d’ingénieur R&D. Son activité se composait de “beaucoup de R&D” comme l’indique son titre. “Je faisais principalement de la recherche : veille, sélection de papier de recherche, prototypage (dernière phase avant le développement)”.

Mais ce n’est pas tout puisqu’Olivier est “calé en ingénierie logicielle”, il s’appliquait “à bien intégrer le prototype dans la structure informatique du client, pour qu’il puisse bien l’utiliser après (logiciel, API web)”.

Un quotidien assez proche de celui de Taiamiti qui mène lui des tâches liées “à la R&D, la gestion de projet et du conseil”. Expert en Computer Vision, domaine sur lequel il a basé sa thèse, Taiamiti a travaillé sur de nombreux projets liés à ce domaine : OCR embarqué pour lire le poids sur une balance, détermination du niveau d’ébullition via un smartphone, reconnaissance des caractéristiques des vêtements, recherche automatique à partir d’une image… Néanmoins il apprécie également la gestion de projet, “pour le côté humain et les échanges avec les clients. Cela me permet de diversifier mes journées”. Bien qu’il avoue aimer cela à petite dose, s’épanouissant tout particulièrement dans la R&D. “Je fais beaucoup de code, de brainstormings, de réunions internes comme avec les clients. En ce moment, j’ai moins de projets à gérer, je me concentre sur le développement d’un projet client d’envergure”.

En arrivant, Jean qui est venu “pour être ingénieur R&D, et donc concilier les résultats de la recherche et les développer”, a vu son activité changer et évoluer. “Cela a évolué, j’ai géré plusieurs projets en qualité de chef de projet, tant du côté du client que de l’équipe interne. Mais depuis qu’Aurélie (chef de projet) nous a rejoints, cela m’a un peu déchargé”. Concernant son expertise, ce touche-à-tout la voit comme générale. “J’aime tout, j’aime toucher à tout. On change de technologies, de domaines de recherche, ça bouge beaucoup, on découvre tout le temps de nouvelles choses, à chaque nouveau projet”.

Olivier - Manager production
Olivier - Manager production
corentin-havet
Corentin Havet – Ingénieur R&D et Responsable Système

Une large diversité de projets et des évolutions

Olivier, qui est aujourd’hui en charge du management de l’équipe technique, a connu plusieurs évolutions de postes en quelques années. S’il a commencé en qualité d’ingénieur, ses compétences et son savoir-être l’ont rapidement amené à devenir chef de projet. Il a notamment mené des projets “d’OCR sur du cuir, de la reconnaissance de motifs textiles, de la détection et reconnaissance de signaux anormaux ou encore un chatbot”. Comme il le dit lui même, “on fait de tout chez Neovision”. Et quand on lui demande comment il qualifierait son quotidien, voici ce que cela lui inspire, spontanément : “challengeant, humain, passionnant, varié, découverte et apprentissage constant, évolutif, structurant, formateur”.

Des propos confirmés par ceux de Jean, qui définit son expérience comme “stimulante, conviviale, ouverte, innovante, proactive”.

Jean (à gauche) et Taiamiti (à droite) -Ingénieurs R&D
Jean (à gauche) et Taiamiti (à droite) -Ingénieurs R&D

Par ailleurs, lorsque nous lui demandons s’il existe une vraie diversité dans les projets, il nous répond sobrement : “oui, et c’est ce qui me plaît”. Et d’enchaîner, comme pour prouver ses dires, “j’ai travaillé sur une technologie de détection de piétons via de l’infrarouge, sur un logiciel d’optimisation de tournées pour les transports en commun, ou encore la reconnaissance de références produits via des modèles directement embarqués sur une application smartphone”.

Par ailleurs, lorsque nous lui demandons s’il existe une vraie diversité dans les projets, il nous répond sobrement : “oui, et c’est ce qui me plaît”. Et d’enchaîner, comme pour prouver ses dires, “j’ai travaillé sur une technologie de détection de piétons via de l’infrarouge, sur un logiciel d’optimisation de tournées pour les transports en commun, ou encore la reconnaissance de références produits via des modèles directement embarqués sur une application smartphone”.

Si l’expertise et la sympathie définissent parfaitement les ingénieurs Neovision, deux maîtres-mots permettent de bien caractériser leur quotidien : diversité et évolution. Diversité puisque les projets clients menés ne se ressemblent pas et challengent constamment l’équipe technique. Ensuite, l’évolution est induite par le fait du développement de la société et la volonté de co-construire un beau projet basé sur une équipe engagée.

Dans la deuxième partie de ce dossier, nous passerons du côté technique au côté humain. Nous en apprendrons plus sur la gestion relationnelle et la vision qu’ont les ingénieurs de la société.

Mathieu Poissard
No Comments

Post a Comment

Neovision © 2020